Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Les vélos solaires

Sommaire

À l’instar des voitures, les vélos traditionnels tels que l’on connaît n’ont pas tardé à entrer dans l’ère de l’énergie renouvelable. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour découvrir sur le marché des vélos à assistance électrique (VAE). Mais l’innovation va encore plus loin. La tendance est désormais au solaire.

Tour d’horizon sur le mode de fonctionnement de cette « deux roues novatrice » qui carbure au soleil pour vous éclairer davantage avant tout projet d’achat.

Qu’est-ce qu’un vélo solaire ?

Les vélos solaires ressemblent à des vélos standards. Sur la route, difficile de distinguer un vélo classique d’un vélo solaire jusqu’à ce qu’on observe ses roues. Ces dernières sont équipées de capteurs solaires sous forme de plaques qui viennent remplacer les traditionnels rayons de vélo. Ces capteurs chargent la batterie en énergie solaire, puis celle-ci transmet l’énergie nécessaire pour faire tourner le moteur électrique.

Cette configuration initiale du vélo solaire n’a pas toujours était la même. En effet, les premiers prototypes embarquaient avec eux (au niveau du guidon, à l’arrière au niveau du porte-bagage ou carrément tractés à l’aide d’une petite remorque) des panneaux solaires photovoltaïques de dimension assez imposante qui rendaient le vélo assez inesthétique et surtout lourd donc difficile à manœuvrer.

L’avancée technologique et l’imagination des concepteurs ont permis heureusement de créer un vélo plus pratique et esthétique avec une allure futuriste et tendance.

Pour quel type d’utilisation ce vélo est-il conçu ?

Initialement, les vélos solaires ont été conçus pour les petits déplacements du quotidien en ville. Dans les zones urbaines, les vélos de ville solaires s’annoncent effectivement comme un véhicule révolutionnaire, une parfaite alternative entre la voiture et le vélo classique.

Comparé à ces moyens de déplacement, le vélo solaire présente l’avantage d’être :

  • Peu polluant (zéro émission de CO2) : un point positif très apprécié par ceux qui prônent la conduite écoresponsable.
  • Peu encombrant qu’une voiture (se faufile facilement dans les embouteillages, pas de problème pour trouver une place de parking).
  • Capable de transporter de grandes charges (jusqu’à 300 kg).
  • Accessible à tous les types d’utilisateurs : les personnes d’un âge avancé et ceux en période de rétablissement peuvent pratiquer pleinement leur passion du vélo parce que l’aide supplémentaire fourni par l’assistance électrique permet de pédaler en fournissant un minimum d’effort.

Outre l’usage urbain, ce type de vélo se fraye également un passage dans l’univers de la randonnée et des longues sorties en week-end.

En fonction du modèle choisi ; des modèles de vélos solaires pour la route et tout terrain sont actuellement commercialisés ; et du réglage de son assistance électrique, le vélo solaire est en mesure de traverser tous les types de terrain et même de gravir des pentes abruptes, et cela en apportant toujours le maximum d’assistance pour rendre le pédalage moins laborieux.

Choisir entre un vélo solaire et un VAE

Notez dès le départ que les vélos solaires actuels sont de base des vélos électriques. Des vélos hybrides qui autorisent à la fois une recharge solaire et sur prise secteur.

Leur principe de fonctionnement est ainsi quasiment identique : afin que tout le mécanisme fonctionne, la batterie a besoin d’une énergie qu’elle va transmettre au moteur. On bénéficie alors d’une assistance électrique lorsque les pentes s’annoncent un peu trop raides ou que l’on a juste besoin de réduire un peu l’effort de pédalage de temps à autre.

La réelle différence qui donne un certain avantage au vélo solaire se situe cependant au niveau même de cette source d’énergie.

Le vélo électrique bien qu’il soit classé dans la catégorie de véhicule propre nécessite de l’électricité pour mouvoir. Or, l’électricité est une énergie résultante du nucléaire. Par rapport à l’aspect écologique des choses, le vélo solaire l’emporte ainsi puisqu’il a tout simplement besoin des rayons du soleil pour se charger en énergie. Une solution de fait plus économique.

Si le soleil n’est pas au rendez-vous, il est toujours possible de charger le vélo sur une prise électrique classique ou tout simplement arrêter l’assistance électrique et commencer à pédaler à l’ancienne comme avec un vélo traditionnel.

Bien choisir votre vélo solaire

Le choix d’un vélo solaire dépend de plusieurs variables. Différents paramètres sont en effet à prendre en compte tels que la distance à parcourir, l’usage ou encore le type d’itinéraire.

  • Le cadre

Comme pour la majorité des vélos, le cadre en acier est jugé plus solide. Il convient de ce fait si vous envisagez un long périple pour éviter les éventuelles fissures parfois irréparables en cours de route.

Ce type de cadre est en revanche plus lourd. Pour ceux qui sont à la recherche de vitesse, ce matériau n’est pas ainsi recommandé. Votre poids additionné au poids du vélo (environ 25 kg) réduit considérablement sa performance. Autant ainsi choisir un cadre en aluminium plus léger et beaucoup plus vif, mais peu résistant.

  • La batterie

L’intérêt du vélo solaire réside surtout dans le fait que la batterie se charge tout en roulant comme à l’arrêt. Pour les vélos roulant exclusivement au solaire, aucune crainte que la batterie ne se décharge en cours de route.

Pour le cas d’un vélo hybride électrique solaire, il faut en revanche attacher une attention particulière à la capacité de charge de la batterie (exprimée en Wh). Pour un long trajet, optez pour une capacité entre 420 Wh et 540 Wh. Lorsqu’elle est complètement chargée, la batterie peut offrir entre 60 et 75 Km d’autonomie.

Pour ne pas être pris de court sur la route, vérifiez qu’elle soit dotée d’un contrôleur de charge et décharge.

Où acheter votre futur vélo solaire ?

Les fabricants spécialisés dans la mobilité verte dédiée aux deux roues ne sont pas encore très nombreux. Du côté français, la marque la plus connue Rool’in propose son modèle Sun-E. La marque danoise Solar Application Lab, quant à elle, se fait connaître avec son fameux Solar Bike.

Des marketplaces comme Cdiscount, des professionnels revendeurs, ainsi que des loueurs de vélo dont la location se transforme la plupart du temps en achat proposent la vente de ces vélos solaires de marque pour un prix qui tourne généralement autour de 2500 € (plus de 5 000 € pour les modèles haut de gamme).

Il est possible également d’acheter un vélo solaire d’occasion (achat entre particuliers) sur des sites spécialisés. Cependant, lorsque le vélo a déjà servi, il est impératif de vérifier minutieusement l’état des différentes parties mécaniques et électroniques avant la finalisation de la vente (le câblage électrique, le moteur, l’autonomie de la batterie, les boutons de réglage d’assistance…)

En cas de panne, notez qu’il existe encore très peu de mécaniciens de vélo disposant de compétences techniques nécessaires pour réparer ce type de vélo. Les éléments électroniques qui composent l’engin rendent le dépannage difficile pour les mécaniciens souvent habitués à l’architecture mécanique du vélo traditionnel.

Par ailleurs, avant de projeter un long voyage, assurez-vous qu’il existe bien des aides locales autrement dit des professionnels qui proposent ce type de service sur le trajet.

Retour haut de page

Nous vous préparons des dossiers voyages à vélo, sans aucune publicité ! inscrivez vous pour les recevoir quand ils sortirons

Le voyage à vélo vous interesse ?

REcevoir un e-mail des q'un nouveau dossier est en ligne sur Cyclotrip ?